fbpx

K et son copain : quel avenir, que décider, dois-je le quitter ?

Bonjour,

Je me permets de vous écrire afin de pouvoir profiter de votre expérience si vous le voulez bien. 🙃 Cela fait une année et demie que je suis en couple avec mon copain. Je pense que j’avais tellement envie de l’aimer que je n’ai pas remarqué certaines choses en début de relation! Ou plutôt je les ai vues mais je n’étais pas consciente de la gravité de tout ça. Je vais commencer par vous expliquer le jour où j’ai eu le déclic.

Un matin, ça devrait être un lundi ou un mardi, il m’écrit en disant qu’il s’est coincé le cou et qu’il n’avait pas pu aller travailler. Il s’était fait un torticolis.
Il a été voir le médecin qui l’a mis sous certificat toute la semaine. Ce jour là en finissant le travail, je suis passée par chez lui pour voir comment il allait. Ne le voyant pas bien,  je suis restée toute la semaine chez lui.
Je partais travailler et je revenais le soir.  

En fait le premier soir, nous étions au lit et il buvait un alcool fort. Il avait déjà commencé à boire avant que je n’arrive. Il faut savoir  qu’en temps normal, il ne boit pas pendant la semaine. Quand il travaille , il arrive à s’y tenir et à respecter cela. Mais quand il ne travaille pas c’est beaucoup plus compliqué.

J’ai eu un déclic  ce soir là, car à un moment en regardant ses yeux je me suis rendue compte qu’il y avait un problème. Ses yeux bougeaient dans tous les sens, il avait l’air de ne pas être là. Parfois il fume des joints toute la journée,  sauf au travail. Comme je ne fume pas, ni ne bois,  je me suis fait la réflexion qu’il pourrait faire un malaise, là dans son sommeil sans que je le remarque, sans que je ne sache non plus quoi faire. Je lui en ai donc parlé juste avant qu’il ne s’endorme,  mais c’était comme parler à un mur. Et  c’est là que j’ai eu le déclic. J’ai commencé à me dire qu’il avait peut-être un problème avec l’alcool.  

 J’ai lu plusieurs articles sur le sujet. Je n’étais pas sûre qu’il soit alcoolique mais j’étais sûre qu’il avait un problème avec l’alcool. Avec tout ce que j’ai lu sur le sujet, je me suis rendue compte qu’il buvait tous les weekends sans exception. J’ai commencé à m’apercevoir que quand il avait trop bu je le voyais dans ses yeux. Puis je me suis rendue compte aussi que le fait de fumer des joints et de boire de  l’alcool amplifiait tout.

Il a 2 frères et une sœur. Tous boivent et fument. Les rencontres familiales se faisant le weekend c’est quasi toujours le moment de prendre l’apéro. Quand j’en ai parlé à mon copain, il a dit qu’il allait faire un effort. Mais quand au repas on lui propose du vin, et à l’ apéro une petite bière , il  ne sait pas dire non. Dès que nous allions chez l’un de ses frères ou sa sœur on lui proposait toujours de l’alcool.  

  Dans ce que j’ai lu ,  ce qui m’a le plus marqué, c’est que l’alcool devient inquiétant quand il influence une relation de façon continue. J’ai appris  également que quelqu’un peut être alcoolique même s’il ne boit que le weekend. Après ce déclic j’ai commencé à voir tous les moments où il avait bu qui ont influencé notre relation. Lorsqu’il est avec ses amis ils boivent sans aucune limite, sans parler des joints!

En vacances,  l’après-midi, à partir du moment où on rentre d’une visite,  il commence à boire et du coup toute la fin de journée est fichue ( pas dans le sens où il devient saoul, mais juste dans le sens où il n’a plus envie de faire quoique ce soit) et donc pendant  toutes les vacances il boit tous les jours. Hors vacances, dès le vendredi soir il commence à boire jusqu’au dimanche soir minimum.  

  Je me suis rendue compte que je n’aimais pas qu’il voit ses amis puisque je savais bien ce qu’ils allaient faire, c’est à dire boire. Quand il était plus jeune après un entraînement de hockey qu’il avait le dimanche (ou c’est également alcool à profusion) il a eu accident et il a percuté une maison. Il a eu une grosse amende et un petit retrait de permis. Et malgré ça, cela ne l’empêche pas actuellement d’aller chez un de ces amis, de boire et de reprendre la route.

Il expliquait même récemment que lorsque ce sera l’Euro de foot il irait chez ses potes, boirait et reprendrait la route. Un autre fois je me souviens que je venais d’arriver chez ses parents,  il était en haut tout seul en train de boire, en bas il y avait sa mère, sa belle-sœur et sa nièce qui mangeaient. Là aussi je me suis rappelée que si on boit seul c’est qu’il y a un problème. Il faut savoir que c’est quelqu’un qui aime bien manger en tant normal, cuisiner, faire du sport pendant la semaine.  

En fait ce jour là il disait ne pas avoir faim,  mais au lieu de manger il buvait tout seul dans son salon, lorsque j’étais la seule à le voir. Même quand on est chez moi il se débrouille pour prendre de l’alcool avec lui, comme il sait bien qu’il n’y en a pas chez moi. Un jour je me souviens qu’un de ses amis est venu le voir, Il avait  tellement bu ce jour là,  qu’il a fini par aller vomir le sandwich que je lui avais acheté à mon travail, sandwich qu’il m’avait expressément demandé,  car je l’avais goûté récemment et je le trouvais vraiment bon.

Ce qui est un peu vicieux, c’est qu’il a l’alcool calme et en général ça ne se voit pas beaucoup sur lui. Je le remarque en regardant ses yeux, sa démarche comme si il allait se cogner partout et à la manière dont il a l’air apathique. Et puis son corps supporte énormément d’alcool avant que ça ne se voit sur lui.  

 Pour vous donner une idée, en vacances il pouvait boire une bouteille de rhum Captain Morgan en 2 jours à lui tout seul, je dirais presque même en une soirée. Ce qu’il fait souvent  c’est qu’il mélange, il  commence par la bière à l’apéro, du vin pendant repas. Ou alors c’est un alcool fort à l’apéro et après avoir mangé des bières,  donc il est difficile pour moi d’estimer ce qu’il boit (surtout que les bières sont rangées dehors, après chaque bière il va dehors mettre la bouteille vide et en reprendre une nouvelle. 

Pour fumer c’est pareil, il fume dehors, ce qui fait que je ne sais pas non plus exactement ce qu’il fume). La première fois que je lui en ai parlé,  c’était le lendemain du moment où j’ai eu le déclic;  il a paru un peu gêné et m’a dit qu’il n’avait pas de problème d’alcool mais qu’il avait juste un peu exagéré. Les fois suivantes, après mes reproches il a dit qu’il ferait un effort. Mais je ne l’ai pas vu faire d’effort. 

A cause du confinement actuel, certains jours de semaine il a bu plus que de raison. Et lui qui ne fume pas de joint quand il travaille,  il a fumé disons  6 ou 7 joints tous les jours pendant un mois!  Souvent il commençait à boire le jeudi soir et parfois  jusqu’au lundi. Au départ je pensais que son seul problème était de fumer. Alors il a décidé d’arrêter de fumer du tabac au travail,  mais il a dit qu’il aimait trop son joint le soir, et je me suis donc dit que si il ne fumait que des joints le soir ce serait déjà ça. Mais à cause du confinement il a fumé des joints depuis le réveil jusqu’au coucher. Et je me suis dit finalement qu’il faisait pire qu’avant où il fumait des cigarettes et moins de joints.

 Récemment un autre ami est venu chez lui, ils ont bu plein de bières et fumé des joints et peut être d’autres choses, qui sait… Et en fait quand il est venu se coucher,  je voyais bien qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas.
Je lui ai d’abord demandé ce qu’il avait pris, il a pris l’habitude d’être sur la défensive comme si j’ exagérais, il m’a dit qu’il n’avait rien pris.
Pour m’avouer le matin suivant, qu’ils avaient bu du whisky,  après les bières. Quand il boit il ronfle, il sent l’alcool, il fait du bruit en dormant, il bouge n’importe comment dans le lit. Au point que je n’arrive pas à dormir à côté de lui. Je préfère aller dans une autre pièce plutôt que de supporter ça.

Le lendemain matin  il s’excuse, dit qu’il veut me rendre heureuse mais boit à nouveau et refait la même chose. Les soirs où il boit, il s’endort dès qu’il est au lit et on ne peut rien faire ensemble ni faire l’amour, ni regarder un film ou autre,  il n’est plus en état de faire quoique ce soit. Ça commence à gâcher de plus en plus notre vie de couple et je le supporte de moins en moins. J’ai tout essayé,  lui en parler calmement, moins calmement. Quoique j’en dise il se tient à carreau un moment et puis il me déçoit de nouveau.  

  J’ai tenté également la carte de la santé en disant qu’il risquait de s’enlever minimum 10 ans de vie en continuant à fumer et à boire comme il le faisait, il m’a répondu qu’il y avait des gens qui faisaient attention toute leur vie et qui finisse quand même malade. J’ai conclu en lui disant que je n’en parlerais plus,  qu’il pouvait boire et fumer autant qu’il voulait mais qu’il ne pouvait pas m’obliger à le supporter. 

Depuis cette révélation que si il en avait envie il arrêterait,  j’ai un blocage vis à vis de lui. Quand on se parle je ne vois et ne pense qu’à ça. Hier il ne m’a plus répondu par message déjà à  partir de 20h et comme on est dimanche,  je me doute bien pour quelle raison il ne m’a plus répondu. Quand il ne boit pas, on s’entend vraiment très bien. Actuellement cette situation fait que je ne peux plus rien supporter et je n’ai pas l’impression qu’il puisse contrôler sa façon de boire ou arrêter les joints.  

 Je veux des enfants et je ne peux pas avoir d’enfant avec quelqu’un qui boit exagérément et qui fume des joints. Ce n’est pas urgent mais c’est une inquiétude bien ancrée en moi.

Qu’est ce que vous pensez de tout ça ?
Pardon pour mon trop long message 🙈🙃  

Je ne commente jamais les témoignages que Alcoolique.Org reçoit.
Encore une fois, je ne me permettrais pas d’avoir un avis.
Mais je me reconnais vraiment bien dans les témoignages que je reçois.

Stéphane

Abonnez-vous, au + nombreux nous sommes au + le message est diffusé.