fbpx

Mon dernier verre

Je vous disais “le miracle se produit”…et en effet c’est un miracle.
En l’espace de quelques mois, je vais enfin me lever et quitter le bord du gouffre pour me rendre à l’école de la vie.
D’enfant gâté qui veut être le centre d’attention en permanence, je vais me mettre à écouter mes pairs. Ces alcooliques abstinents qui me tapent dans le dos avec un sourire en coin qui semble dire “Allez, bouge toi, cesse de t’apitoyer, tu es malade, c’est pas dramatique.”

Souvenez-vous, en 2007 j’avais déjà eu un moment d’éveil mais je n’étais pas prêt. Et bien à 53 ans, en 2014, j’en ai eu un autre et j’ai cherché des “solutions de contrôle d’alcool” sur le net. Tout ce que j’ai vu ne m’a pas convaincu. Je savais encore mieux que tout le monde à l’époque. Je n’étais pas prêt à écouter.

Il a donc fallu attendre 2015 et en être arrivé à avoir des troubles intestinaux chroniques, ou ne plus pouvoir dormir, (réveil toutes les heures, boire pour m’assommer, me recoucher jusqu’au réveil suivant), pour enfin demander de l’aide.

Je ne recommande pas spécialement ce qui suit, je l’écris, c’est tout.
C’est juste le récit fidèle de ce que j’ai fait.
Par contre, je peux affirmer aujourd’hui que sans un éveil spirituel (de l’esprit donc, pas forcément religieux), aussi petit qu’il soit, je serais mort aujourd’hui.
Mon éveil s’est traduit par un appel au secours sur Facebook.
Aussi improbable que cela puisse paraître, ça m’a sauvé.

Nous sommes le 9 juin 2015.
Je suis une fois de plus entre deux blackout et un moment de lucidité m’éclaire.

EXTRAIT:

Ce jour je confesse. Je ne vois pas d’autre thérapie. J’ai cherché mais n’ai rien trouvé qui me convienne.
J’ai passé des mois en thérapie chez une pro de l’addiction il y a quelques années…mais je continue…
Bonjour, je m’appelle Stéphane et je suis alcoolique.
Est-ce que l’un(e) d’entre vous est dans la même situation?
Moi, j’en peu plus.
Merci Facebook 😉
Stéphane

S’en est suivi une séries de réactions incroyablement bienveillantes.
Je n’en revenais pas de tant d’attention.
Je suppose qu’étant submergé par tant de gentillesse, mon éveil spirituel s’est produit à ce moment là et j’ai enfin commencé à écouter.

De la prise de médicament, aux thérapies, aux séjours en centre de réhabilitation, en passant par des associations diverses, j’avais devant moi une multitude de propositions et d’expériences mais surtout des humains qui voulaient m’aider, qu’ils soient alcooliques abstinents ou pas.

Encore plus fort, une personne, amie FB comme on dit, que je n’avais jamais rencontrée, me demande sil elle peut parler de moi à l’une de ses amies.
J’accepte bien entendu.

Et c’est ainsi que tout au long du mois de juin et juillet, Monique (qui habite en Belgique alors que je suis sur mon île), commence à partager son propre parcours d’alcoolique avec moi par messages et téléphone.

Je crois que Monique a joué un rôle important dans le suite des événements. Car dès les premiers jours je me suis mis à la recherche d’alcooliques abstinents localement pour leur demander de l’aide.

Je fais ma première rencontre avec des alcooliques abstinents, le 27 juin. Je baisse spontanément ma consommation à seulement une bouteille de vin en soirée, ce qui n’est plus arrivé depuis très longtemps, et les semaines passent.

La vraie surprise est probablement que même si je bois encore, l’idée de suivre l’expérience d’autres alcooliques abstinents fait son chemin.
Le 31 juillet, avant de me coucher, je bois ce qui allait être mon dernier verre.
Je n’ai plus jamais bu d’alcool depuis.

Est-ce que ce fut facile? Est-ce que j’ai eu de la volonté?
Je ne sais pas comment répondre à ça.
C’est quelque chose qui me dépasse qui m’a ouvert l’esprit.
Une fois que la porte s’est entrouverte à l’expérience des autres, il a suffit d’avoir le désir de la garder ouverte.

Je peux dire haut et fort en tous cas: je ne regrette pas ma vie de consommateur quotidien car celle que je vis en étant abstinent est bien plus facile à gérer.

Les hauts et les bas sont toujours là, mais je suis conscient que l’alcool ne résout rien, au contraire, l’alcool a ajouté des montagnes de problèmes inutiles à la vie.

Vous pouvez participer au développement d’Alcoolique.Org.
Découvrez comment en cliquant ici.

Abonnez-vous, au + nombreux nous sommes au + le message est diffusé.